Le défi du Sahara : deuxième partie

Publié le : 24 juin 20226 mins de lecture

Depuis 23 jours, je marche dans le désert, j’ai fait 338 937 pas et j’ai répondu à cinq questions supplémentaires. Je ne suis pas mort de soif jusqu’à présent, même si c’était proche : avec un total de 14,25 litres d’eau, j’ai à peine pu survivre à ma précédente marche. Les nombreuses oasis sont venues à mon secours. Mais ne vous inquiétez pas, bien sûr, je n’ai jamais été sérieusement en danger, j’ai seulement oublié de remplir mon niveau d’eau potable sur Internet de temps en temps.

Alors, je suis déjà épuisé ? Ou suis-je devenu ambitieux ?

Je voulais faire une moyenne de 10 000 pas par jour et je peux le faire sans trop d’efforts. J’aimerais être parmi les 30 premiers à la fin. En ce moment, je suis à la 23ème place – cela devrait être possible !

Pendant deux semaines, j’ai fait partie des dix premiers marcheurs du désert. C’est inspirant. La voiture tombe en panne tous les matins. Et même quand le train était en retard, je préférais attendre une demi-heure dans le froid du matin plutôt que de prendre la voiture. “Souvenez-vous des étapes…”

Même les petits changements dans la vie quotidienne ont un grand effet

Le soir, un petit tour en plus, sortir de la voiture encore plus souvent, faire quelques pas pendant la pause déjeuner…

La première semaine, j’ai fait une randonnée au Küssaburg le dimanche, parce que j’aime marcher et, je l’admets, collectionner les pas. Sans le Sahara Challenge, je serais probablement resté à la maison, car le balcon était déjà très attrayant le matin. La chaise longue et le livre m’appelaient à haute voix.

Mais mon bâtard s’est vite tordu et a lacé mes chaussures de randonnée. Et bien sûr, c’était très amusant de parcourir les 20 kilomètres sous un soleil radieux et dans un vent léger.

Après une dizaine de kilomètres, la route monte en pente raide jusqu’au château. Ce que j’aime était probablement trop pour le podomètre. Le podomètre est tombé en panne alors que je montais la colline. Malgré la perte de mes pas, j’ai été récompensé par une grande pause au château de Küssaburg avec une vue ingénieuse vers le bas.Pour moi, c’est la détente du quotidien.

Sur le chemin du retour, le podomètre m’a encore un peu ennuyé, car il ne comptait qu’un pas sur trois. C’est stupide…

Sur le balcon de la maison, le soleil et un livre m’attendaient, ce qui m’a fait oublier rapidement mon “problème” avec le podomètre.

Récemment, je suis allé faire du ski. Toute la journée, de l’exercice en plein air et de nombreux virages dans la neige profonde, mais pas de pas. La vie est dure !

Après Pâques, j’étais à la treizième place , la revanche que j’ai passée le lundi de Pâques à paresser sur le canapé. Un regard sur le podomètre le soir , quoi ? Seulement un millier de pas m’ont fait une petite promenade après tout. Il y a donc eu 5 000 pas ce jour-là après tout. Mais trop peu pour mes collègues ambitieux. Free Willy and Co se déplace sur le fer.

Seuls les collègues qui sont déjà actifs participent-ils ?

Mais ce à quoi je pense tout le temps, c’est : est-ce que seuls participent les collègues qui sont déjà actifs de toute façon ? Pour qui l’exercice physique fait déjà partie de leur vie quotidienne ? Qui ne se bat pas avec ce bâtard ? Ou les collègues qui n’ont pas encore fait autant peuvent être motivés ? 

Sarah est stagiaire chez nous en ce moment. Comme elle a beaucoup à apprendre et qu’elle n’est pas très douée pour le sport avec des livres et des PC, son podomètre a une vie plus tranquille que les autres.

Comment va-t-elle ? Avec tout le monde qui passe devant elle ? Elle est toujours en route vers sa destination alors que certains sont déjà sur le chemin du retour ?

“Je suis un peu jaloux de Free Willy, Desert Wolf, Sand Fox et de tous ces gars. “Ils doivent être en pleine forme, je pense toujours. Je ne fais qu’entraîner mon esprit en ce moment. Néanmoins, j’essaie de courir autant que possible. Parfois, c’est même plus que ce que j’attends, surtout lorsque mon collègue Desert Springmouse me force à courir et pour faire une promenade à l’extérieur pendant la pause déjeuner.

Ce que je trouve formidable dans cette campagne, c’est que l’on peut parler à beaucoup de collègues. Combien d’étapes avez-vous déjà aujourd’hui ? Votre compteur ne compte-t-il pas toujours ? Hier, j’ai marché jusqu’ici et j’ai fait xx pas.

L’action ne vise pas seulement à accroître le mouvement, mais aussi à promouvoir la communication entre les uns et les autres.

Au fait, la semaine dernière, j’ai atteint l’objectif. Avec 287.013 marches, j’ai traversé le “plus grand désert du monde”. Maintenant, je suis sur le chemin du retour. Et me surprendre de plus en plus souvent à attendre le retour du temps “sans podomètre”. Mettre mes pieds en l’air et être à nouveau paresseux, c’est quelque chose !

Plan du site