Etude nutritionnelle : focus sur le glucide

On dit que les aliments à faible teneur en glucides vous rendent mince et beau. De nombreuses personnes qui veulent perdre du poids ne jurent que par un régime pauvre en glucides. Cependant, ce n’est pas toujours sain. Une nouvelle étude sur la nutrition réalisée à Boston montre que s’abstenir de consommer des glucides peut réduire l’espérance de vie, si au contraire on consomme beaucoup de graisses animales.

Quel est l’effet de l’apport en glucides sur la longévité ?

Une règle de perte de poids très répandue dit que si vous voulez perdre quelques kilos, vous devez éviter les glucides. Selon de nombreux rapports d’expérience personnelle, le régime à faible teneur en glucides semble, également, être une réussite. Cependant, les études scientifiques actuelles sur les effets des régimes à faible teneur en glucides sont contradictoires. Les scientifiques du Brigham and Women’s Hospital de Boston ont, désormais, essayé de découvrir le lien entre un régime pauvre en glucides et le taux de mortalité.

Pour leur étude, les chercheurs ont évalué les données de 15 428 personnes âgées de 45 à 64 ans qui avaient participé à l’étude ARIC (Atherosclerosis Risk in Communities) entre 1987 et 1989. Les sujets provenaient de quatre États américains et consommaient ce qui était considéré comme une quantité normale de calories. L’étude ARIC a posé des questions sur la composition du régime alimentaire quotidien au début et à nouveau six ans plus tard. Au cours des 23 années suivantes, les chercheurs ont enregistré le taux de mortalité et les causes de décès des participants à l’étude.

Une alimentation pauvre en glucides peut réduire l’espérance de vie jusqu’à quatre ans

Les scientifiques de Boston ont publié leurs résultats dans la revue “The Lancet Public Health”. Comme dans les études précédentes, une consommation très élevée de glucides a été associée à un risque accru de décès. Cependant, un très faible apport en glucides semble, également, avoir un effet négatif sur l’espérance de vie.

Les résultats de l’analyse montrent donc une relation en forme de U entre l’espérance de vie et l’apport en glucides. Calculé à partir de l’exemple d’un homme de 50 ans, cela signifie, si les glucides représentent environ 65 % de l’apport calorique quotidien, l’étude montre que cela réduit l’espérance de vie d’environ 1,1 an. Si, en revanche, la personne testée consomme moins de 30 % de ses calories sous forme de glucides, son espérance de vie restante est réduite de 4 ans. L’espérance de vie des personnes suivant un régime à faible teneur en glucides était donc la plus faible de tous les groupes testés. Pour vérifier leurs données, les chercheurs de Boston ont utilisé sept autres études. Au total, ils ont évalué les données de 432 179 sujets.

Risque : peu de glucides, beaucoup de graisses animales

La méta-analyse a confirmé les résultats de la première enquête. Cependant, l’étude montre, également, que ce n’est en aucun cas le régime à faible teneur en glucides lui-même qui conduit à une mort précoce. Le risque de mourir augmente plutôt si l’on mange peu d’hydrates de carbone, mais plus de protéines et de graisses animales, comme beaucoup de viande, d’œufs ou de lait. Ceux qui complètent un régime pauvre en glucides par des protéines et des graisses végétales peuvent même augmenter leur espérance de vie.

L’étude donne, également, des indications sur la quantité optimale de glucides à consommer. La durée de vie la plus élevée a été démontrée par les personnes testées qui ont couvert 50 à 55 % de leur apport calorique par des glucides.

Limites de l’étude

Comme les scientifiques de Boston l’admettent eux-mêmes, leur étude a certaines limites. L’un d’entre eux est le nombre relativement faible de participants qui ont effectivement suivi des régimes à faible teneur en glucides. En outre, il existe des facteurs géographiques et socio-économiques que l’étude ne prend pas en compte. Par exemple, les pays asiatiques consomment plus de poisson que les États-Unis, ainsi que plus de fruits et de riz. De plus, la consommation de glucides est, généralement, plus faible dans les pays plus riches que dans les pays plus pauvres.

Des professeurs du Canada ont évalué l’étude et considèrent que les résultats sont fondamentalement plausibles. C’est également vrai, bien que l’étude n’ait pas enregistré de changements éventuels dans le comportement nutritionnel des personnes testées et ne permette pas de se prononcer sur le mode de vie des participants. Toutefois, cela pourrait, également, influencer l’espérance de vie.